Hôtellerie, tourisme et loisirs

Enjeux et caractéristiques du secteur

Intégration des activités touristiques dans un contexte local.

En 2012, plus d’un milliard de touristes ont voyagé dans le monde : la région la plus visitée était l’Europe. Chaque zone géographique présente une attractivité. Elle peut être naturelle, culturelle, économique, environnementale, etc. Le défi des entreprises du secteur est d’y intégrer et de pérenniser leur activité.

Les activités touristiques représentent un fort levier de développement économique et social pour les pays d’accueil, dans la mesure où elles arrivent à s’intégrer au tissu local. L’impact local des entreprises de ce secteur est large : il comprend la dynamisation du territoire, l’exploitation de la culture, l’ouverture du pays sur le monde, ainsi que l’utilisation des ressources naturelles pour les besoins de l’activité. L’enjeu se traduit par la minimisation de l’impact négatif (risque de pollution, consommation abusive de matières premières…) au profit d’un impact positif sur les communautés locales (développement économique, formation, création
d’emplois…).

 

 

Emplois-tourisme1

Responsabilité fiduciaire des entreprises face aux autorités locales

 

Dès lors qu’une entreprise s’implante sur un territoire où le risque de corruption est important, elle doit agir en conséquence. Par exemple, l’attribution d’un permis de construire par des autorités locales induit parfois un risque de corruption active. Il s’agit alors d’organiser des formations de sensibilisation auprès des salariés concernés, de mettre en place un système d’alerte à activer en cas de suspicion, etc. Plus directement, les entreprises du secteur assument leur responsabilité sociétale en payant des impôts et des taxes aux gouvernements des pays dans lesquels elles opèrent. Elles contribuent ainsi à la redistribution des richesses.

 

Exploitation des enfants et tourisme sexuel : un fléau touristique

 

Certains territoires sont connus pour pratiquer l’exploitation des enfants ou le tourisme sexuel. Dès lors qu’une entreprise est présente sur l’un de ces territoires, elle est fortement exposée au risque d’implication dans les violations des droits de l’Homme. Elle a la responsabilité d’agir pour lutter contre ces pratiques.

 

Emplois précaires : conséquence d’une flexibilité

 

Le secteur du tourisme emploie plus de 235 millions personnes dans le monde. Ce secteur, offrant principalement des services, nécessite des ressources humaines conséquentes. Chaque activité connaît son pic saisonnier de demandes et doit y répondre en créant des emplois flexibles.
Cette fluctuation de la demande dans le temps entraîne une banalisation de la précarité de la main d’œuvre, tant au niveau interne qu’au niveau des sous-traitants.

Bonnes pratiques identifiées

Tourisme durable

 

Le tourisme durable est une dynamique qui repose sur plusieurs critères :

– L’exploitation optimale des ressources naturelles,
– Le respect de l’authenticité socioculturelle des communautés locales,
– L’assurance d’une activité économique viable sur le long terme. Les bonnes pratiques observées relèvent de la réduction des impacts négatifs environnementaux, que ce soit au moment de la conception, de la construction ou de l’exploitation du projet touristique.

 

Paiement des taxes : la contribution au développement économique local

 

tourisme2Le code mondial d’éthique du tourisme prévoit que les entre prises multinationales ne doivent pas « réduire la contribution qu’ell
es apportent aux économies dans lesquelles elles sont implantées ». Plus l’entreprise sera transparente dans sa contribution auprès des autorités, plus son activité sera acceptée localement.
Réseau international de lutte contre le tourisme sexuel et contre le trafic des enfants

Certaines entreprises se sont liées à « End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Children for Sexual Purposes » (littéralement la fin de la prostitution infantile, de la pornographie infantile et des trafics d’enfants à but sexuel). Leur adhésion à ce réseau entraîne l’application d’un code de bonne conduite. En conséquence, les entreprises sensibilisent et forment leurs salariés aux risques à prévenir et aux bonnes pratiques à adopter en présence de cas suspects.

 

L’extension de la gestion des carrières à celle chez les fournisseurs et sous-traitants

 

Bien que la gestion des carrières en interne dans le secteur de l’hôtellerie, tourisme et loisirs ait évolué, on ne peut tirer ces mêmes conclusions au niveau de la main d’œuvre gérée par des sous-traitants. Des efforts restent donc encore à faire pour que les donneurs d’ordre intègrent leur chaîne de sous-traitance dans leur politique sociale.

tourisme3

Découvrez aussi

  • Agroalimentaire

    L’industrie agroalimentaire comprend trois activités majeures allant de l’exploitation agricole à la distribution et la vente aux consommateurs, en passant par la production et l’emballage.

    En savoir plus

  • Immobilier

    Le secteur immobilier recouvre plusieurs types de bâtiments : centres commerciaux, centres de loisirs, bureaux et logements.

    En savoir plus