Producteurs de pétrole et de gaz

Enjeux et caractéristiques du secteur

Prix du baril : un élément déterminant de la conjoncture sectorielle

 

Les fortes baisses du prix du pétrole depuis 2014 bousculent les modèles économiques des compagnies pétrolières mondiales. Les conséquences se ressentent au niveau des restructurations et des baisses de budget.

 

Les mouvements de concentration, fusion, acquisition ou cession d’activité impactent fortement les ressources humaines. Dans certaines sociétés, plusieurs dizaines de milliers de postes ont été supprimés en 2015. Il est donc nécessaire pour les entreprises d’anticiper les besoins afin de réduire l’impact des restructurations sur les ressources humaines, en proposant des solutions adaptées pour chaque collaborateur concerné.

 

Des coupes dans les investissements sont prévues, malgré la nécessité d’investir pour accompagner la transition énergétique globale. Ainsi, entre 2014 et 2015, les investissements dans le secteur ont marqué une baisse de 22 %.

 

Transition énergétique : des stratégies complémentaires

 

Le rôle des producteurs est essentiel dans la transition énergétique car ils fournissent l’énergie à tous les secteurs. Pour répondre à cet enjeu, les entreprises adoptent des stratégies différentes mais complémentaires : réduction de la production du pétrole au profit de la production de gaz (source moins carbo-intensive), promotion de l’efficacité énergétique des processus de production, développement des énergies renouvelables et biocarburants de 2e et 3e générations, ou encore la recherche et développement dans les technologies de stockage et de capture du CO2.

 

Forte exposition au risque de pollution à grande échelle

 

L’exploration et la production de pétrole présentent un risque pour l’environnement. Des accidents, comme la marée noire provoquée par l’explosion sur la plateforme BP Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique en 2010, celle liée au naufrage de l’Erika de Total en 1999, ou encore les fuites de pipeline des sites Shell entraînant des déversements considérables de pétrole dans le Delta du Niger, ont marqué l’histoire du secteur pétrolier. Ces catastrophes menacent la biodiversité terrestre et aquatique, ainsi que les populations locales vivant près des sites concernés.

 

Producteurs de pétrole et de gaz isr marée noire

 Sécurité des Hommes à rude épreuve

 

Certaines opérations sont situées dans des zones présentant un risque d’insécurité lié aux contextes politique et économique. Si les collaborateurs expatriés sont les principales victimes de ces risques, l’ensemble des collaborateurs travaillent dans des conditions extrêmes, notamment lorsque les réglementations locales sont faibles. Au-delà, les populations locales, qu’elles soient impliquées ou non dans l’activité des sociétés, en subissent les conséquences au quotidien.

 

Matrice de matérialité sectorielle Pétrolier

Bonnes pratiques identifiées

Sociétés, ONG et investisseurs : quel est le point de vue des acteurs du secteur ?

S’engager dans des initiatives collaboratives

 

Le secteur pétrolier n’est pas en reste quant à l’élaboration d’actions collaboratives. Les entreprises redoublent de créativité pour s’associer et afficher un combat commun en faveur d’une cause. Par exemple, l’OGCI (Oil & Gas Climate Initiative) est une initiative volontaire lancée en 2014 en faveur de la prévention du changement climatique afin d’échanger sur les bonnes pratiques. Six entreprises du Stoxx600 adhèrent à cet engagement.

Dans un autre format, les principaux pétroliers se sont regroupés pour lancer l’appel à un prix carbone (Call for Carbon Price). Ce courrier, adressé au secrétaire de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, a pour objectif de demander aux gouvernements de fournir un cadre politique clair et stable, en fixant un prix carbone harmonisé.

Lors de la COP21, des ONG internationales ont pointé du doigt les activités de lobbying de certaines entreprises pétrolières. Elles dénoncent les actions effectuées auprès des autorités publiques nationales et supranationales dont l’objectif est de freiner la réglementation sur le climat. Ces organisations critiquent par ailleurs les effets d’annonce des entreprises sur leurs initiatives en faveur du climat, qui, selon elles, peuvent être caractérisées de greenwashing, à cause de l’incohérence entre les actions de lobbying et les engagements environnementaux.

 

S’impliquer via les droits des actionnaires ou le désinvestissement

 

En 2015, 4 résolutions externes ont été déposées aux AG des sociétés européennes, contre 11 aux États-Unis. On distingue une granularité dans le degré d’exigence des investisseurs concernant leurs résolutions, allant de la simple demande de transparence sur le financement du lobbying sur l’environnement, à la demande d’augmentation du plafond des dividendes compte tenu du risque climat, en passant par la nomination d’un expert climat au sein du conseil d’administration, la transparence sur le risque carbone ou encore le changement de

stratégie face au risque carbone.

 

 

Producteurs de pétrole et de gaz ISR résolution environnement

 

 

 

Seulement 3 résolutions sur 13 ont été adoptées grâce à l’implication des actionnaires.

Côté désinvestissement, l’année 2015 a été largement rythmée par les annonces des investisseurs institutionnels, comme par exemple l’engagement de désinvestissement du charbon au profit des énergies renouvelables.

 Implication des fonds gérés par Meeschaert Asset Management

 

 

Producteurs de pétrole et de gaz ISRenergie fossile

 

 

 

Le fonds Ethique et Partage CCFD, géré par Meeschaert Asset Management, s’inscrit dans le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, suivant la démarche lancée aux Etats-Unis par l’association 350.org. Cette stratégie mène à exclure du périmètre investissable les 200 sociétés mondiales détenant les 200 plus grosses réserves de charbon, de pétrole et de gaz.

 

Le fonds Nouvelle Stratégie 50, dont la réflexion éthique est le résultat d’une collaboration entre l’association Ethique et Investissement et Meeschaert Asset Management, s’inscrit dans la démarche d’engagement auprès des entreprises en portefeuille afin de demander aux entreprises les motivations de leurs stratégies environnementales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez aussi

  • Extraction minières et métaux

    Les acteurs de l’industrie minière se positionnent sur différentes étapes de la chaîne de valeur : de l’extraction à la fabrication de produits finis, en passant par la transformation de métaux.

    En savoir plus

  • Equipements et services pétroliers

    Les bouleversements économiques, sociaux et environnementaux auxquels sont confrontés les producteurs de pétrole et de gaz se propagent naturellement au secteur des équipements et services pétrolier.

    En savoir plus