Equipements et services pétroliers

Enjeux et caractéristiques du secteur

secteur isr

 

Crise pétrolière : adaptation conjoncturelle ou mutation profonde ?

 

Les bouleversements économiques, sociaux et environnementaux auxquels sont confrontés les producteurs de pétrole et de gaz se propagent naturellement au secteur des équipements et services pétroliers. Leur rôle de prestataire de services et d’ingénierie, profondément ancré dans la chaîne de valeur du secteur pétrolier, les expose aux effets de la chute du cours du pétrole. La forte baisse des prix de leurs services, comprise entre 30 % et 40 %, les contraint à réorienter leur stratégie en modifiant la répartition de leurs activités ou leurs choix de localisation, exigeant dans de nombreux cas la mise en œuvre de larges plans de restructurations. Pour amortir les conséquences de ces licenciements, les parapétrolières peuvent recourir à différentes options comme donner la priorité au non-remplacement de départ à la retraite, privilégier les plans de départ volontaire ou le reclassement professionnel, ou encore instaurer des compensations financières. Dans les faits, peu de moyens sont déployés dans cette direction.

 

Les parapétrolières, actrices décisives de la transition énergétique ?

 

Si les parapétrolières peuvent concevoir ces difficultés économiques comme des contraintes les obligeant à adapter leur modèle économique, elles peuvent aussi les envisager comme autant d’opportunités de se positionner sur le long terme. Certaines développent des solutions de démantèlement d’infrastructures pétrolières ou se désengagent du marché du pétrole au profit de celui du gaz. Les acteurs les plus engagés dans la transition énergétique favorisent quant à eux la création d’activités dans le secteur des énergies renouvelables. Ces initiatives pourraient jouer un rôle considérable à l’avenir en contribuant à remodeler la nature des activités de leurs clients du secteur pétrolier et gazier.

 

graph

 

Une nette amélioration des conditions de travail malgré la réduction des coûts

 

Comparativement aux sociétés pétrolières ou gazières, les sociétés parapétrolières font face à une fréquence élevée des accidents. Leurs collaborateurs, parmi lesquels de nombreux sous-traitants, évoluent dans des environnements à risque, propres aux activités de construction et de maintenance des installations. Afin de réduire la fréquence des accidents, les sociétés parapétrolières exerçant des activités de fabrication et de maintenance de systèmes d’équipements peuvent s’assurer que leurs sous-traitants bénéficient des politiques de santé et de sécurité s’adressant déjà à leurs propres collaborateurs.

 

equipement et service petrolier et gazier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Energie primaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matrice de matérialité sectorielle Parapétrolier

Bonnes pratiques identifiées

Innover dans les énergies vertes

 

Engagées dans des changements stratégiques, les parapétrolières sont à l’origine de projets innovants dans le secteur des énergies renouvelables. Prenant la forme d’offres de solutions intégrées de capture, de transport et stockage de gaz carbonique ou encore de construction d’éoliennes offshore flottantes, ces projets poussent les parapétrolières à investir en R&D ou à collaborer avec des sociétés en pointe dans ces domaines. Pour certaines, ces investissements suivent une tendance lancée il y a plusieurs années à travers leur engagement dans l’hydrogène, les biocarburants de deuxième génération ou la biochimie.

 

Protéger et prévenir

 

Malgré le contexte économique difficile, les moyens engagés en direction de la santé et de la sécurité des collaborateurs ont fait preuve d’efficacité puisqu’une large majorité des sociétés assistent à une baisse du taux de fréquence des accidents. Les sociétés les plus performantes dans ce domaine s’attachent à perfectionner les moyens mis en œuvre à travers des actions de prévention. A l’inverse, les efforts des moins vertueuses sont portés sur la protection des collaborateurs notamment via le développement de systèmes d’évaluation des risques ou d’audits internes.

 

Les pratiques de corruption subsistent

 

Les entreprises parapétrolières les plus puissantes, positionnées à différents stades de la chaîne de valeur du secteur pétrolier, se trouvent régulièrement confrontées à de massives allégations de conflits d’intérêts et de corruption des autorités publiques, à travers le versement de pots de vin. Destinées à combattre ces pratiques, les sanctions juridiques déployées par les Etats représentent souvent des sommes considérables, pouvant atteindre des centaines de millions de dollars. Malgré ces menaces, la grande majorité des sociétés du secteur restent timides dans le déploiement de moyens consacrés à lutter contre la corruption.

Découvrez aussi