Bois et pâte à papier

Enjeux et caractéristiques du secteur

La déforestation : conséquence du déséquilibre entre les ressources forestières et la demande de produits

 

La demande en bois est fonction de plusieurs variables, aujourd’hui toutes en hausse, comme la consommation dans les pays émergents, les besoins globaux en énergie, les considérations environnementales des emballages et la demande dans le secteur de la construction. Or, bien que le taux de déforestation soit stable depuis les années 2000, il reste malgré tout élevé et le taux de forêts naturelles non exploitées par l’homme décline.
Afin de limiter son impact négatif, plusieurs certifications de gestion forestière durable comme le Forest Stewardship Council (FSC) et le Programme for the Endorsement of Forest Certification (PEFC) ont été initiées depuis le début des années 90.

bois-et-forets

Conflits forestiers : les entreprises face aux communautés locales

Lorsque les entreprises forestières implantent leurs usines dans des territoires occupés par des peuples indigènes, un conflit entre ces deux acteurs risque d’émerger. C’est le cas au nord des pays scandinaves entre les industries forestières et le peuple Saami. Cette situation perdure depuis plusieurs années déjà. Le peuple Saami fonde son activité notamment sur l’élevage de rennes.

Les entreprises présentes sur ces terres sont accusées de détruire le lichen, nourriture principale de ces animaux. Ainsi, la destruction du lichen entraîne celle de cette espèce animale au niveau local et menace le mode de vie des populations autochtones. Les entreprises ont donc une responsabilité vis-à-vis de ces communautés : celle de respecter et ne pas entraver leur mode de vie.

 

Le recyclage du papier

 

Chaque année, l’industrie papetière produit en moyenne 96 millions de tonnes de papier et 39 millions de tonnes de pâte à papier qui peuvent à la fois provenir du bois des forêts et des fibres de bois recyclées. Ces dernières peuvent être recyclées jusqu’à 6 à 7 fois. L’industrie papetière a donc une carte à jouer pour favoriser le recyclage des fibres.

 

 

recyclage


Bonnes pratiques identifiées

Le traitement de l’eau

 

Dans le domaine de la distribution de l’eau, la protection des ressources hydriques nécessite de réduire les fuites et de lutter contre la pollution de l’eau. En effet, de nombreuses villes dans le monde gaspillent entre 20 et 50 % de l’eau produite, à cause des fuites présentes sur leurs réseaux de distribution.

D’où l’importance pour les entreprises de contribuer au renouvellement des infrastructures, en vue d’améliorer le rendement du réseau. En aval, le traitement des effluents, la gestion des boues et la promotion d’une consommation raisonnée, constituent les principaux moteurs de réduction de l’impact environnemental.

perimetre-eau

La gestion des déchets

 

Une gestion optimale des déchets exige, quant à elle, d’augmenter les taux de récupération et de limiter les émissions atmosphériques qui sont issues du stockage et de l’incinération des déchets. Par exemple, le captage du méthane fugitif et les technologies de récupération du biogaz favorisent le développement d’énergies alternatives, issues de la décomposition des déchets. Pour les entreprises du secteur, il s’agit également de maîtriser les pollutions locales afin d’éviter les risques d’accidents associés (principalement les contaminations et les nuisances olfactives).

Découvrez aussi